Une vue sur l’avenir

aller au contenu

La Pierre aux neufs gradins

Tourisme, nature, rivières, patrimoine : notre territoire et ses richesses > Protection et valorisation des milieux naturels > Les Pierres, sources de légendes

Une curiosité de la nature légendaire

Localisation

Une des vasques

La pierre aux neuf gradins est localisée au nord-est de la Communauté de communes, au nord de la commune de Soubrebost, à environ 2,5 km du bourg de Soubrebost, sur le Puy Maria qui domine le village de La Martinèche.

Le Puy Maria signifie en patois limousin la colline de Marie, terme à forte connotation religieuse. Cette colline boisée, culminant à 574 mètres d’altitude, est bordée sur trois côtés par des vallées creusées par des ruisseaux : à l’Ouest, le ruisseau de la Martinèche, au nord le Thaurion et à l’Est le ruisseau de Linard.

Des rochers aux formes originales

Les rochers se situent au sommet de ce puy sur environ 2000 mètres carrés. Leurs formes originales sont dûes à l’action progressive de l’érosion naturelle des roches qui a "découpé" une gros morceau de granite en blocs de taille variable : de 7 m à 1,5 m de large, de 6 à 1 m de long et de 3 à 1 m de haut ! Ce processus a également formé des vasques sur les blocs rocheux dont les plus grandes mesurent 1,5 m de diamètre ainsi que des cupules, petites cuvettes de 2 à 4 cm de diamètre.

Un des blocs rocheux à vasques

En plus de ces particularités naturelles, trois pierres ont été "travaillées par l’homme" :
- La Pierre aux neuf gradins : sur un gros bloc, 9 marches irrégulières ont été taillées à deux époques différentes : elles permettent d’accéder au sommet et à ces deux vasques souvent remplies d’eau dont on ne sait si elles sont naturelles ou "artificielles". De petites croix, probalement un signe du monde païen, sont également présentes de part et d’autre de la première marche. De plus, le sommet de ce bloc a visiblement été arrasé.
- Le rocher table : au pied du bloc précédent, un rocher a été arrasé sous la forme d’un trapèze
- Le rocher à encoches : ce bloc de forme plus irrégulière avec un sommet en partie arrasé accessible grâce à trois encoches taillées sur une arrête.

Des légendes et pratiques qui perdurent

Le site a un caractère pittoresque identifié par la position des chaos sur le sommet du Puy, qui dominent les visiteurs quand ils approchent du site. Une clairière accueille les pierres encadrées de boisements. Des anciennes cartes postales ont été retrouvées, elles témoignent du paysage qui régnait autour du site jusqu’au début du 20ème siècle.

Pierre aux 9 gradins

Comme beaucoup de rochers, la Pierre aux 9 gradins a une légende basée sur le personnage du Diable : "Un roi du pays, dans les temps très anciens, voulut posséder un trône dont les dimensions fussent en rapport avec sa puissance. Ses sujets, toutefois, ne purent réussir à entasser, en les assemblant, les bloc colossaux destinés à former les grandioses assises de ce trône. Le roi crut bon alors de recourir à l’aide du démon. Celui-ci commença le travail pour montrer son pouvoir et se garda bien de stipuler quel serait son salaire. Mais avant d’achever sa tâche, il eut soin d’en réclamer le prix, exigeant, suivant l’usage, que le roi lui promit son âme. Celui-ci, fort effrayé, regretta amèrement son imprudence. Voyant que la partie la plus importante du travail était achevée, il crut pouvoir en bénéficier tout en n’acceptant pas la dangereuse propostion qui lui était faite. Il refusa de ratifier le marché. le diable, furieux, démolit son oeuvre ébauchée dons les débirs jonchère le sommet de la colline et ne laissa subsister que les premiers degrés devant conduire au trône projeté. Telle était la légende qui avait cours dans la région." Extrait de la publication "La pierre aux 9 gradins de Soubrebost" d’André Louradour, 1964*

Des pratiques superstitieuses sont liées à ces pierres. D’après Anrée Louradour, l’eau contenu dans les bassins guérissait de la fièvre si on y jetait une pièce de monnaie ou une épingle, des maladies éruptives ou du cuir cheveludes enfants si on les lavaient dans les vasques. Au début du siècle, les personnes guéries laissent un de leur vêtement en signe de reconnaissance. De même, les jeunes filles désirant se marier ou les femmes mariées voulant s’assurer la fidélité de leur mari jetaient des épingles dans un bassin et buvaient son eau.

D’autres utilisations ont été évoquées par d’autres auteurs : fêtes druidiques, pierres à sacrifices, poste d’observation (au temps où le puy n’était pas boisé).

Actuellement, on retrouve des marques de dévotion récentes sur le site (bougies, encens, liens rouges et blancs, etc.), preuve que les croyances perdurent encore de nos jours !

Un des lieux préféré de Martin Nadaud

Bien que l’accès à ce site est indépendant, il a été intégré dans le sentier thématique "Sur les pas de Martin Nadaud". En effet, Martin Nadaud aimait beaucoup cette pierre de laquelle on pouvait autrefois observer un large panorama. Il la décrit longuement dans "Les Mémoires de Léonard". Un panneau d’information sur site explique les légendes liées au site à travers les mots de plusieurs auteurs passionnés.

Pour plus d’infos sur le sentier Martin Nadaud >>>

Un accès consensuel

Une des vasques

Le site et ses chemins d’accès étant privés, la Communauté de communes a dû obtenir l’accord des trois propriétaires concernés pour permettre au public d’accéder à cet élément incontournable de notre patrimoine. Quelques aménagements légers de l’accès ont été réalisés et quelques panneaux signalétiques ont été ajoutés.

*Mémoires de la Société des Sciences nturelles, Archéologiques et Historiques de la Creuse - André Louradour "La pierre aux 9 gradins de Soubrebost" pages 467 à 476 tome 35 - 1964.


Communauté de Communes Bourganeuf Royère de Vassivière
Route de La Souterraine | BP 27 | 23 400 MASBARAUD MERIGNAT
Tél. : 05 55 54 04 95 | Fax : 05 55 64 83 56 | administration@ccbrv.fr