Une vue sur l’avenir

aller au contenu

Les landes et tourbières de la Mazure

Tourisme, nature, rivières, patrimoine : notre territoire et ses richesses > Protection et valorisation des milieux naturels > Les landes et tourbières, précieuses et méconnues

Le site de la Mazure est situé au nord-ouest du plateau de Millevaches, à cheval sur les communes de Royère de Vassivière, Saint Pierre Bellevue et le Monteil au Vicomte, à 4 km au nord de Royère de Vassivière. Sa superficie est de 285 hectares dont environ 95 ha appartiennent à la communauté de communes.

Crédit photo : CREN Limousin

Une opportunité inespérée

Dans les années 1930, une société hydroélectrique qui deviendra plus tard Electricité de France a acheté 70 hectares de terrain sur le site afin de créer un barrage hydroélectrique. Le projet n’aboutissant pas, la Conservatoire Régional des Espaces Naturels du Limousin (CRENL) a tenté d’acquérir ces terrains à partir de 1996 . Finalement après de longues démarches et la soumission au régime forestier, la propriété a été cédée à la communauté de communes pour l’euro symbolique. Le reste des acquisitions se sont faites au fur et à mesure afin d’assurer une cohérence à la gestion écologique du site.

A l’heure actuelle, ce site n’est pas facile d’accès. Toutefois, une réflexion est actuellement menée pour mettre en valeur les richesses du site et permettre sa découverte par le public tout en le préservant.

Crédit photo : CREN Limousin

Douze habitats différents

Les landes et toubières de la Mazure font partie du site Natura 2000 "Vallée du Thaurion et ses affluents" inscrit au titre de la Directive européenne "Habitats" du 21 mai 1992. Il est considéré comme étant l’un des sites d’intérêt écologique majeurs du Parc Naturel Régional de Millevaches en Limousin et une partie est classée en "site inscrit".

Il n’y a pas moins de 12 habitats d’intérêt communautaire (inscrits à l’annexe 1 de la Directive "Habitats") variés : forêts, landes sèches, milieux tourbeux et aquatiques.

Crédit photo : CREN Limousin

La grande diversité d’habitats permet la présence d’une diversité faunistique et floristique intéressante. Les droséras (plantes carnivores), le flûteau nageant et la Gentiane pneumonanthe par exemple s’y développent. Les oiseaux y sont nombreux : Martin pêcheur, Engoulevent d’Europe, Bondrée apivore ainsi que les insectes, les reptiles et les amphibiens. On note également la présence de la grande mulette (moule d’eau douce fortement menacée de disparition).

Ce site présente également un paysage exceptionnel ainsi que de nombreuses reliques des activités humaines passées (anciens moulin, canaux, pêcheries, ponts de planches).

Lutter contre la dymamique naturelle de la végétation

Crédit photo : CREN Limousin

L’ensemble des milieux sont menacés par l’abandon des pratiques agricoles qui permettaient le maintien de l’ouverture de ceux-ci. L’évolution de la végétation tend naturellement vers un boisement spontané de l’ensemble du site et donc vers l’uniformisation des milieux.

Les pratiques sylvicoles constituent une autre menace sur ce site : plantations, drainage, érosion des versants, déterioration de la qualité de l’eau...

La présence de plusieurs étangs est également un facteur de dégradation de la qualité des cours d’eau non négligeable.

Des partenariats forts pour restaurer et préserver le site

Une convention de gestion entre le CENL, la communauté de communes de Bourganeuf - Royère de Vassivière et l’Office National des Forêts a été signée en octobre 2005. Elle a pour principal objet de confier la gestion des parcelles de la communauté au CENL.

Il s’agit essentiellement de limiter le développement des arbres et des arbustes pour freiner l’assèchement du site et de l’entretenir par une mise en pâture.

Arrivée des brebis en mai 2008

En 2007, la restauration a commencé par le bûcheronnage sélectif d’arbres aussi bien pour réouvrir le milieu que pour créer un cône de vision.

Dès 2008, des actions de bûcheronnage, l’installation de parcs de pâturage, l’aménagement de passerelles permettant la traversée des ruisseaux et le retour du pâturage sur le site ont été réalisées.

Environ 300 brebis, propriété du lycée agricole d’Ahun, pâturent le site pendant l’été. Le site n’étant pas entièrement clôturé, un berger surveille le troupeau = c’est ce que l’on appelle le pâturage itinérant.

En 2016, le pâturage a exceptionnellement été porté par la Communauté de communes afin de palier à des carences financières. Cette mission a été menée à bien grâce au soutien du Parc Naturel Régional (PNR) de Millevaches, de l’Europe (FEADER) et de l’Etat. Ces deux derniers ont apporté une aide 70% du montant de l’opération dans le cadre du Programme Local Agri-Environnemental (PLAE) du PNR.

 

Venez découvrir le site à travers nos sentiers de randonnée !

Deux sentiers de découverte (un sur la Mazure, un sur la rigole du diable) ont été réalisés avec le soutien financier des deux Leader GAL SOCLe et PNR de Millevaches, de l’Etat, de la Région Limousin, de la fondation du patrimoine et du Conseil Général de la Creuse.

Pour en savoir plus sur ces randonnées, cliquez ici !

Pour plus d’informations sur Natura 2000, cliquez ici !

Documents à télécharger

Communauté de Communes Creuse Sud-Ouest
Route de La Souterraine 23400 MASBARAUD MERIGNAT
Tél. : 05 55 54 04 95 administration@ccbrv.fr