Une vue sur l’avenir

aller au contenu

La tourbière de l’étang du Bourdeau (site Natura 2000)

Tourisme, nature, rivières, patrimoine : notre territoire et ses richesses > Protection et valorisation des milieux naturels > Les landes et tourbières, précieuses et méconnues

Localisation

La tourbière de l étang Bourdeau est située au nord-ouest du plateau de Millevaches, sur la commune de Saint Pardoux Morterolles, le long de la route départementale 8 reliant Bourganeuf à Royère de Vassivière, à 1 km du village de Morterolles. Sa superficie est de 39 hectares.

Le site est aménagé pour l’accueil du public : petit parking et panneaux d’information permettant la découverte du site. Il est également déservi par le GR de Pays des cascades, landes et tourbières.

Vue de la digue de l’Etang Bourdeau

Une tourbière jeune, très rare

C’est un site Natura 2000 inscrit au titre de la Directive européenne "Habitats" du 21 mai 1992. Sa rareté est également reconnue par un Arrêté Préfectoral de Protection de Biotope datant du 2 juin 1989, qui impose sur le site un certain nombre d’interdictions.

Le radeau flottant de la tourbière du Bourdeau

Quatre habitats sont d’intérêt communautaire (inscrits à l’annexe 1 de la Directive "Habitats") : trois milieux tourbeux et un habitat forestier.

Ce qui est particulièrement intéressant sur ce site est le fait que la tourbière soit "jeune" : présence d’eau libre, de stades pionniers, de tremblants et de tourbière haute. En effet, ce sont les premiers stades de l’évolution des tourbières qui sont les plus rares étant donné le développement naturel de ces milieux vers l’assèchement.

Ce site constitue un lieu de chasse pour la Loutre, un habitat pour des libellules telle que la Cordulie Arctique et pour des plantes protégées telles que la Droséra à feuilles rondes et l’utriculaire vulgaire (deux plantes carnivores).

Le pâturage préserve le site

Andromède à feuilles de pollium

Les milieux tourbeux évoluent naturellement vers un assèchement et la disparition des caractéristiques écologiques particulières qu’ils constituent.

L’abandon des activités agricoles de pâturage accélèrent cette évolution car la progression de la végétation n’est plus limitée.

De plus, le développement des plantations résineuses à proximité a tendance à favoriser l’assèchement car ces arbres ont un besoin en eau important.

Enfin, même si les activités touristiques, de pêche et de chasse sur le site n’ont pas d’effet notable sur la qualité du site, il est néanmoins nécessaire de limiter l’accès aux milieux fragiles pour ne pas risquer de les dégrader.

Un Document d’objectifs actualisé

Comme tous les sites Natura 2000, la tourbière de l’étang Bourdeau est pourvu d’un document d’objectif (= plan de gestion) valide pendant 6 ans. Le premier étant arrivé à expiration, un nouveau document d’objectif a été rédigé par le Conservatoire Régional des Espaces Naturels du Limousin pour la période 2009 - 2013.

L’état des lieux des habitats et espèces a donc été réactualisé ainsi que les préconisations de gestion, les cahiers des charges des Mesures Agri-environnementales et des contrats Natura 2000 (applicables aux habitats d’intérêt communautaire hors Surface Agricole Utille).

Les nouveautés sont que :
- des contrats Natura 2000 sur certains milieux forestiers dits d’intérêt communautaire sont désormais contractualisables
- une charte Natura 2000 de bonnes pratiques a été ajoutée. Elle constitue un outil complémentaire qui permet à des propriétaires d’habitats d’intérêt communautaire de s’engager à avoir une gestion adaptée de ces espaces. En contre partie, il sera exonéré de taxe foncière sur les parcelles concernées.

Pour plus d’informations sur Natura 2000, cliquez ici !

La Communauté de communes, responsable du site

Suite à la loi relative au Développement des Territoires Ruraux du 23 février 2005, l’Etat a laissé la possibilité aux les collectivités de s’investir davantage dans la gestion des sites Natura 2000. Dans ce cadre, il a donné la possibilité à toutes les collectivités de devenir "structure porteuse du document d’objectifs" et/ou "présidente du comité de pilotage".

Grenouille agile (Rana agila)

Cela a été le cas lors de la réunion du comité de pilotage de la tourbière du Bourdeau du 29 novembre 2007 : la Communauté de communes a décidé d’assurer le rôle de "structure porteuse" de ce site et, d’un commun accord, a laissé la présidence à un élus de la commune de Saint-Pardoux-Morterolles.

Un élu de la commune de Saint-Pardoux-Morterolles assure désormais la présidence du comité de pilotage : il a la charge d’être présent et d’accompagner les réunions du comité de pilotage qui ont lieu au moins une fois par an pour faire le point sur l’état d’avancement de la mise en œuvre du document d’objectifs.

La Communauté de communes, en tant que structure porteuse, doit assurer les tâches administratives, techniques et financières afférentes à l’élaboration du document d’objectifs et au suivi de sa mise en œuvre.

L’Etat quant à lui continue d’accompagner le comité de pilotage et contrôle l’efficacité des actions entreprises à la vue des objectifs de chaque site.

Cette situation est soumise à nouveau au vote tous les trois ans. L’animation réalisée grâce au soutien financier de l’Europe (FEADER) et de l’Etat.

La Communauté de communes s’investit ainsi davantage dans la gestion et la valorisation de ses sites naturels ainsi que dans la préservation de la biodiversité de son territoire.

Une faune et une flore étudiée au microscope

De 2010 à 2013, plusieurs études scientifiques ont été menées et montrent :
- que le site regorge d’espèces rares qui ne sont pas encore toutes connues
- qu’il constitue un réservoir de biodiversité
- que les pratiques de restauration et de gestion menées jusqu’alors sur le site sont favorables à la diversité faunistique et floristique

Acylophorus_wagensch ieberi - Source : SEL.

Un inventaire sur les coléoptères en 2010-2012 a été réalisé par la Société Entomologique du Limousin (SEL) à la demande du PNR de Millevaches. Ccette étude a été réalisée sur sept tourbières du PNR de Millevaches dont celle du Bourdeau. Sur les 31 espèces rares inventoriées, 14 espèces sont présentes sur le site et toutes vivent spécifiquement dans les tourbières. Deux espèces extrêmement rares en France, très peu connues en dehors du plateau de Millevaches, et vivant essentiellement sur les radeaux flottants de trèfles d’eau (milieux également rares) ont été inventoriées : le Staphylin Acylophorus wagenschieberi (espèce carnassière) et le Charançon Bagout frit (se nourrissant souvent d’une seule plante).

Sympétrum noir

L’ inventaire sur les libellules réalisé en 2010 par la Société Limousine d’Odonatologie (SLO) à la demande la Communauté de communes a permis de trouver une nouvelle espèce rare en Limousin et en France : l’Agrion mignon et de confirmer notamment le maintien de populations de Cordulie arctique et de Sympétrum noir, également remarquables.

L’ inventaire sur les mousses réalisé en 2013 par le Conservatoire Botanique National du Massif Central à la demande la Communauté de communes est encore en cours mais dores et déjà, nous savons qu’au moins une nouvelle espèce rare et protégée en France et en Europe a été trouvée : la Bruchie des Vosges. Tout comme beaucoup d’espèces pionnières, c’est le pâturage qui permet son maintien.

Bruchie_des_Vosges - Source : M.LUTH

Des aménagements complémentaires pour mieux apprécier la biodiversité du site

En 2014, une étude d’aménagement a été réalisée pour définir comment rendre le site plus accessible au public tout en préservant son intégrité écologique.

En 2016, le site a fait l’objet d’un réaménagement qui permet de mieux découvrir ses particularités au gré d’un petit parcours agrémenté d’un mobilier ludique accessible à tous (adultes/enfants) et aboutissant sur une plateforme d’observation, qui permet notamment de s’approcher en toute sécurité de la fameuse plante carnivore de nos tourbières : la droséra. Intégrée dans le réseau de sentiers de découverte et d’interprétation du PNR de Millevaches, une rando-fiche est disponible en office de tourisme.

Cet aménagement a bénéficié de crédits européens (via la Région Nouvelle Aquitaine) ainsi qu’une aide du Conseil Départemental de la Creuse. Il a également pu aboutir grâce au partenariat du CEN et du PNR.

>


Communauté de Communes Creuse Sud-Ouest
Route de La Souterraine 23400 MASBARAUD MERIGNAT
Tél. : 05 55 54 04 95 administration@ccbrv.fr